pommier 350

 

Mercredi 6 mars : la foire aux Arbres est passée, le printemps des Poètes est bientôt là.


Pour illustrer cet entre-deux, voici une personnalité lexovienne, qui aimait les lettres, la botanique et la poésie : AMÉDÉE TISSOT, bibliothécaire à la ville de Lisieux de 1867 jusqu'à sa mort en 1887, rédacteur du journal Le Lexovien et secrétaire général de la société d'Horticulture et de Botanique du centre de la Normandie.
Féru de littérature et se servant de la presse pour exprimer ses idées politiques, en particulier pendant la guerre de 1870, Tissot goûte à l'écriture de poèmes et s'essaie aux concours de poésie, ce qui lui vaut quelques récompenses, notamment celle-ci relevée dans la Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique de 1878, éditée à Paris par la Librairie des bibliophiles :

" Varia. — La Fête de la Pomme. —

" On a donné récemment, à Caen, une fête littéraire des plus curieuses. La société locale de la Pomme faisait les honneurs d'une réception toute spéciale à la société de la Cigale à l'occasion du concours poétique dont elle avait pris l'initiative. Trois sujets avaient été donnés à traiter aux concurrents : le Pommier, un Éloge de Châteaubriand et un Éloge de Malherbe.

" Parmi les prix accordés, nous signalerons tout particulièrement celui qu'a reçu M. Amédée Tissot, bibliothécaire à Lisieux, pour la jolie pièce de vers que nous reproduisons ci-après :

 Le Pommier.

On a souvent chanté la vigne,
On a célébré le raisin;
Sans doute à cet honneur insigne
Ils ont droit, puisqu'ils font le vin.
Je trouve bon qu'on les renomme.
Mais crois, sans les humilier,
Qu'on peut aussi chanter la pomme
Et le pommier.

Le pommier, c'est de la science
L'arbre fécond et glorieux.
A son ombre, avec patience,
Laplace nous décrit les cieux;
D'Urville interroge la sphère;
Newton s'éveille, et, le premier,
Surprend un secret à la terre
Sous un pommier.

Sous un pommier, le grand Corneille
Évoque ses mâles héros ;
Malherbe naît; Boïeldieu veille;
Le Poussin saisit ses pinceaux ;
Bérat fredonne son idylle,
Et l'on sait qu'un pauvre ouvrier
- Créa le joyeux vaudeville
Sous un pommier.

Il est un peuple qu'on renomme
Pour sa vaillance et sa fierté,
Qui révère dans une pomme
L'emblème de sa Liberté.
C'est la Suisse ! — Sa délivrance
Apprend à l'univers entier
Qu'on trouve aussi l'indépendance
Sous un pommier. "

 

Lire aussi  la version non expurgée de ce Pommier.


À découvrir bientôt, dans ces pages, une biographie du personnage.