Il s'appelle Ms 158. C'est donc un manuscrit, commencé le 1er mai 1922 et terminé le 30 avril 1923, grâce à la plume artistique du baron Joseph Tardif de Moidrey, tombé amoureux de notre ville au point de s'y fixer au moment de sa retraite.


pagedetitre1

 

Le Lisieux des années 20 y est passé au peigne fin : le baron arpente les rues, son carnet à la main. Il en remplit, des carnets ! Il en croque, des façades au crayon, à l'encre, la plupart rehaussées à l'aquarelle ! Il en brosse, des silhouettes de vieux manoirs et de maisons d'habitation, avec leurs cours intérieures et leurs toitures, mais aussi des façades d'échoppes, avec force détails des bois scupltés ! À l'arrivée, il en résulte une collection de 100 croquis tirés de ces précieux carnets, « d'où ils ont été simplement découpés puis collés, leur assurant ainsi plus d'exactitude, puisqu'ils n'ont eu à subir aucun report, car ils ont été pris sur le vif ».

 

moidreyphoto62

 

Ms 158 est conservé à la médiathèque de Lisieux, entouré des soins que requiert sa valeur patrimoniale exceptionnelle : il est à l'abri des méfaits de la lumière, baigne dans une température et une hygrométrie constantes, profite d'une ventilation de tous les instants.

Cela fait quelques années déjà que les visiteurs de la bibliothèque électronique de Lisieux le connaissent, puisqu'il y figure depuis le 8 novembre 2008 !

Il y est visible dans son intégralité.

 

Dans une paire de semaines, il sera à nouveau mis à l'honneur lors de la parution du très beau livre Le pan de bois lexovien de l'archéologue lexovien Claude LEMAÎTRE - lui aussi amoureux de Lisieux, sa ville natale -, dont l'édition a été confiée à la maison Corlet.

 

lemaitre

 

À retrouver bientôt sur les présentoirs de nouveautés du fonds normand.