bratata
A+ A- A
Identification OPAC

Retrouvez-nous sur :

image-vide-90px

Nos curiosités

D'après l'Almanach Hachette pour l'Année 1901 : « EN FRANCE SUR 10 MILLIONS DE FEMMES LA MOITIÉ TRAVAILLE »

« LE CHRISTIANISME a relevé la femme de son ancien abaissement et lui a donné la royauté domestique. Il lui a appris la bonté, la douceur, le dévouement, la résignation et le travail. En condamnant la polygamie, il l'a arrachée à la réclusion et à la servitude. Placée sur le même rang que l'homme par l'Evangile, la femme a pu développer librement et progressivement toutes ses facultés. Et, à mesure que l'humanité marchait, s'ouvrait plus large la porte par laquelle la femme sort du gynécée pour lutter sur le même terrain que l'homme. Elle en est arrivée aujourd'hui à revendiquer son émancipation complète, à réclamer l'égalité des droits civils et civiques entre les deux sexes, et son admission à toutes les professions, écoles, fonctions et emplois. D'après les plus récentes statistiques, on compte déjà en France 5.381.069 femmes vivant d'une profession (non compris les 500.000 femmes rentières ou propriétaires) ce qui représente à peu près la moitié de la population féminine âgée de 20 ans et au-dessus (12.907.012 femmes). Ce qui revient à dire que la moitié des femmes françaises gagnent leur vie en travaillant. Dans notre statistique illustrée, nos Lecteurs verront quelle est l'importance de la population ouvrière féminine pour chacune des principales professions. Chose heureuse à constater, la femme agricole tient encore la tête dans cette proportion. Le nombre des ouvrières agricoles est encore supérieur au chiffre total des ouvrières de fabrique, des domestiques, des couturières et des employées de commerce ! »

hachette-1901

[Pour afficher l'image en grand taille, c'est ici]

[Extrait d'un dépliant publicitaire de 4 pages pour l'Almanach Hachette 1901 : Petite encyclopédie populaire de la vie pratique]

a vendre0003MARQUISAT DE FIENNES
EN BOULONNOIS,

A VENDRE pardevant Nosseigneurs les Commissaires
Généraux du Conseil, en l’Hôtel de M. le Lieutenant-Général
de Police, à Paris.


CETTE Terre est la plus considérable du Boulonnois ; elle est la première Châtellenie de cette Province ; elle jouit de tous les droits, privilèges & prérogatives attachés aux Terres de dignité & aux grands Fiefs.

En 1643 elle a été érigée en Marquisat, avec la Baronnie de Bellebrune, les Terres & Fiefs des Zotteux, la Folie & Reveleux, qui y ont été réunis.

Elle relève du Roi à cause des Comtés de Boulogne & de Guines, à relief de 10 livres parisis & de 20 sols de chambellage, ce qui fait 13 liv. 15 sols tournois.

Elle a tous droits de Justice, haute, moyenne & basse, droits d'aides & autres dévolus par la Coutume du Boulonnois, & droits de Foires dans diffé¬rents Lieux.

Il a été fait plusieurs acquisitions dans la mouvance de Fiennes, depuis l’érection en Marquisat, qui n'y sont pas réunies, & pour raison desquelles l'acquéreur confondra les droits de mutation, notamment pour les Fermes de Blacour & de Binghen ; la valeur en est assez considérable.

La mouvance de Fiennes est très-étendue, les Fiefs qui en relèvent directement sont au nombre de 450, détaillés dans un aveu de 1551 ; ils sont situés dans 31 Paroisses ; dans le nombre de ces Fiefs, il y a plusieurs Terres titrées & considérables ; il est dû à toutes mutations de Fief le droit de relief & de chambellage, suivant la Coutume, & à toutes mutations de roture, le relief seulement, qui est le double du cens.

En cas de vente, outre les droits ci-dessus, il est encore dû le quint du prix pour les Fiefs, & le quart pour les rotures.

Les droits d'échange ont été acquis du Roi, & réunis à cette Terre.

Le Seigneur de Fiennes a les droits honorifiques dans quinze Paroisses.

Fiennes , chef-lieu de ce Marquisat, est situé à-peu-près au centre des Villes de Marquise, Guines, Ardres, Saint-Omer, Boulogne, Calais, GraveJines, & autres petites Villes de l'Artois & de la Flandre ; il n'est qu'à environ 10 lieues de Dunkerque.

a vendre0001 tGRANDE ET BELLE TERRE
A VENDRE A L'AMIABLE.
LE MARQUISAT DE NOINTEL,
PRÈS CLERMONT EN BEAUVOISIS,
A quatorze lieues de Paris & cinq de Compiegne, grande Route de Picardie ;
PRODUISANT QUATRE-VINGT-DIX MILLE LIVRES DE REVENU.

CE Marquisat, un des plus anciens de la Province, est composé de deux Baronnies, de neuf autres Terres & Seigneuries, & de trente-un Fiefs d'où relèvent plus de vingt-cinq Terres ou Fiefs, dont plusieurs valent 200 & 300 mille livres.

Il y a un très-beau Château situé à mi-côte dans la position la plus saine & la plus agréable, & deux Parcs haut & bas, contenant 728 arpens, mesure de la Vicomté de Paris, plantés & dessinés par le Nôtre.

Le Château, bâti par Mansard, & dans le plus grand genre, est orné dans l'intérieur, à la moderne, de glaces & de boiseries sculptées : il contient vingt Appartemens de Maîtres, distribués commodément & honnêtement meublés (On cédera les glaces & les meubles à l'acquéreur, suivant l'estimation).

Il y a une grande & belle Chapelle dans un Pavillon détaché, une Basse-Cour fort étendue, des Ecuries pour 60 chevaux, des Remises pour 16 voitures, une Serrurerie, une Menuiserie, une Plomberie, une Laiterie, &c., enfin une Orangerie de cinquante pieds d'Arbres âgés de 120 ans & plus : le tout dans le meilleur état possible.

La Cour d'Honneur & la grande & petite Avant-Cours sont sur le dessin de celles de Versailles, & contiennent 25 arpens 65 verges, mesure de Paris, dont tout le pourtour est planté de deux rangées de Tilleuls par arcades, & du meilleur goût possible.

colportage 004Parmi les premières acquisitions de l'année pour le fonds local et patrimonial de la médiathèque plusieurs livrets de colportage imprimés à Caen chez Chalopin et Hardel (dont certains avec des adresses fictives à Paris ou à Blois) qui viennent s'ajouter à la petite série de ces éditions populaires déjà conservées dans l'établissement :

Discours du Roi Bacchus, aux Chevaliers de la Table Ronde, nos Rubicons, Avaleurs de Vin sans corde, Tondeurs de napes, Rouges trognes et bons frères de la jubilation, prononcé à la convocation générale et pleine assemblée des bons Buveurs, qui se tient ordinairement à l'Hôtel Saint Valéry.- A Blois [Caen] : Aux dépens des Frères de la Jubilation [Chalopin], [18]21.- 12 p. ; 14 cm.

L'Ame aux pieds du Crucifix pour adorer les cinq Plaies.- Caen : Impr. de A. Hardel, [S.d.].- 4 p. : 1 bois grav. ; 14 cm. [2 ex avec bois différents]

La Chatte blanche, conte tiré des Fées.- A Paris [Caen] : Chez les Marchands de Nouveautés [Chalopin].- 72 p.  : marque de Chalopin au titre ; 14 cm.

Cendrillon ou la petite Pantoufle de Verre, conte.- A Caen : De l'Imprimerie de A. Hardel, rue Froide, n°2, [S.d.].- 12 p. ; 14,5 cm.

L'Enfant sage à trois ans, contenant les Demandes que lui fit l'Empereur Adrien, & les réponses de l'Enfant.- A Caen : Chez Chalopin, rue Froide-Rue, [S.d.].- 24 p. ; 10,5 cm.

La Misérable fin de sept asseuré volleurs, lesquels ont ésté rompus tous vifs sur la roüe, pour avoir cruellement massacré un vieil homme âgé de quatre-vingts & dix ans, & sa femme âgée de soixante & dix ans, avec quatre serviteurs, & un efant âgé de huict ans.- Prins suyvant la Coppie imprimée à Caan par Pierre Le Bast.- M.D.C.XVII [1617].- 14 p. ; 16 cm.

 Vous pouvez consulter la liste de nos références sur la littérature de colportage ici et aussi lire en ligne sur la Bibliothèque électronique de Lisieux quelques livrets de colportage :  La Barbe bleue, conte ; La Bergère des Alpes, conte nouveau augmenté d'ariettes analogues ; Le Cabinet de l'éloquence ou Les manières d'écrire des lettres... (1829) ; Catéchisme des Normands (XVIIIe s.) ; Histoire d’Athénaïs ou d’Eudoxe, Impératrice d’Orient  (fin XVIIIe s.) ;  L'Histoire du facétieux Scaramouche (18..) ; L'histoire de la Belle Hélaine de Constantinople, mère de Saint Martin de Tours en Touraine et de Saint-BriceHistoire nouvelle et divertissante du Bon homme misère,... (18..) ; Jeune et belle, conte nouveau ; Le Solitaire des Ardennes, anecdocte intéressante (1821) ; Traité des songes et des visions nocturnes, avec leurs significations, selon la doctrine des Anciens, expliquées par ordre alphabétique (18..).

pqg01 tDeux superbes couvertures pour les recueils de contes de Maurice-Charles Renard (1888-1973), au titre évocateur, parus vers 1930 à Caen :

Contes du Pays Normand pour lire en vacances, sur le sable, en regardant passer les vagues, dans les prés, en regardant passer les trains, dans les trains, en regardant passer les vacques / Maurice-Ch. Renard ; bois originaux de Georges Laisney et Jean Thézeloup du Pou qui Grimpe.- Caen (16, rue Froide) : Imprimerie Caennaise J. Robert & Cie, [ca1930].- 2 vol., 46 + 48 p : ill., couv. ill. en coul. ; 32,5 cm.- [Bm Lx : Norm 15].

De chacun de ces 2 ouvrages il a été tiré : 15 exemplaires sur Hollande, 15 exemplaires sur Japon. Ces exemplaires numérotés à la main et signés des auteurs, avec une remarque originale de l'un des illustrateurs, en marges du premier bois. 350 exemplaires sur vergé, numérotés à la main et signés de l'un des auteurs (les 50 premiers exemplaires signés des auteurs avec une remarque originale de l'un des illustrateurs en marge du premeir bois).

LE CHASSEUR DE CERFS-VOLANTS [Extrait]

« JE parie que vous ne connaissez pas Saint-Pierre-des-Falaises ? Naturellement. Personne n'ignore les plages mondaines où les casinos, les dancings et les terrains de golf poussent à l'envi. Mais dès qu'il s'agit d'un petit trou pas cher, réservé aux familles, privé de boule et de baccara, le Français recommence à oublier sa géographie.

Après tout, ne vous mettez pas martel en tête pour rechercher dans le Foncin, voire dans le dictionnaire des communes, la situation exacte de St-Pierre-des-Falaises. Imaginez plutôt, quelque part entre Cabourg et Dieppe, à moins que ce ne soit entre Ouistreham et Luc, un petit coin largement encadré de falaises minuscules, un petit coin quiet et paisible, tout ensoleillé d'un sable d'or. Une eau toujours calme, un air toujours pur, des vents réguliers, égaux comme un souffle d'homme sain, font de Saint-Pierre-des-Falaises la plage rêvée des enfants. Et il y en a des gosses, à Saint-Pierre-des-Falaises !

A l'heure du bain, comme à marée basse, une armée de gamins mobilise avec une activité turbulente. L'art de construire des fortins, qui fondent peu à peu, comme des châteaux de sucre, sous les coups de langue de la mer montante, de creuser des canaux où la vague vient s'étouffer, en laissant trembler sur le sable des bulles d'écume grise, d'élever des fours de pierre sèche, destinés à empuantir les cabines voisines d'une acre fumée — sous couleur de cuire des patates — n'a plus de secrets pour eux. Mais leur sport favori, c'est le cerf-volant...

Médiathèque André Malraux
Quai des remparts
14100 LISIEUX
02 31 48 41 00

agglo lisieux normandie logo 180px